Célébration de la Fête nationale à Timisoara

Discours de S. Exc. Madame Michèle Ramis, Ambassadrice de France en Roumanie, à l’occasion de la célébration de la Fête nationale à Timisoara :

Monsieur le Maire,
Madame la vice-présidente du conseil départemental,
Monsieur le Préfet,
Messieurs les Consuls,
Monsieur le Consul honoraire,
Monsieur le Directeur de l’Institut français de Timisoara,
Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, chers amis de la communauté française,

Soyez les bienvenus à l’Institut français de Timisoara ! Je me réjouis de célébrer ce soir avec vous, avec quelques jours d’avance, la Fête nationale française dans cette ville cosmopolite et chargée d’histoire, future Capitale européenne de la Culture en 2021, berceau de la révolution de 1989. Le 14 juillet est un symbole fort pour la communauté française, mais aussi pour la communauté francophone et celle plus vaste encore des amis de la France.

Le 14 juillet célèbre et manifeste l’attachement de notre nation aux valeurs qui en constituent le fondement. La liberté, l’égalité et la fraternité, bien sûr, qui forment la devise de la France, mais plus largement un idéal de tolérance, de respect mutuel et de foi dans la démocratie et le progrès humain, toutes ces valeurs européennes que partage la Roumanie.

De nombreux acteurs, Français et Roumains, travaillent ici à Timisoara, pour faire vivre ces valeurs et pour promouvoir notre coopération culturelle. Nous préparons ensemble et notamment ici à Timisoara une échéance importante, la Saison France-Roumanie qui aura lieu deux ans avant que Timisoara devienne Capitale européenne de la culture.

En effet, les fêtes nationales de nos deux pays – 1 décembre 2018 et 14 juillet 2019 – marqueront le début et la fin de la Saison France-Roumanie qui sera placée sous le signe de l’innovation, de la francophonie, de l’Europe de la jeunesse, et du partage. Elle aura une triple vocation : renouveler l’image et la perception des deux populations l’une envers l’autre, témoigner du dynamisme et de l’imagination des créateurs et des entreprises français et roumains, renforcer les liens économiques, culturels et sociétaux qui nous unissent historiquement, et réaffirmer notre attachement à une Europe de la Paix, des idées et de la coopération. Permettez-moi de saluer l’engagement des commissaires de cette Saison, MM. Tarnea et Garnier, qui se sont rendus à Timisoara il y a un mois.

A cet égard, je salue l’ensemble de nos partenaires de Timisoara, qui contribuent au renforcement de la relation et de la coopération franco-roumaine : la mairie, le département, la préfecture, la gendarmerie, les universités, l’inspectorat scolaire du département de Timis, les écoles partenaires et nos nombreux partenaires culturels.

Je salue le dynamisme de la présence culturelle française et de la francophonie à Timisoara, représentés par le directeur de l’Institut français de Timisoara, M. Cyrille Fierobe et notre lecteur à l’université, M. Guillaume Dujardin, qui vient de terminer une mission réussie en Roumanie, mais également par vous tous, amis de la France. La francophonie est un élément de la compétitivité globale, car elle représente un atout précieux, notamment pour les entreprises françaises.

Mesdames et Messieurs, à Timisoara, la présence des entreprises françaises est visible et reconnue. J’en profite pour remercier les généreux mécènes de la célébration d’aujourd’hui, ainsi que le Centre d’affaires franco-roumain de Timisoara et son président, Monsieur Dan Bedros. De grandes enseignes commerciales sont implantées, tout comme des acteurs industriels significatifs et des petites et moyennes entreprises, actives dans les télécommunications, l’automobile, la plasturgie, la mécanique, les services informatiques ou encore les matériaux composites, sans oublier l’agriculture.

Toutes les entreprises installées en Roumanie croient dans son potentiel. Elles y croient par les temps de crises économiques et par les temps de croissance. Cette confiance est essentielle et doit être réciproque.
Toutes ces entreprises ont besoin de stabilité et de prédictibilité pour continuer à investir et à créer des emplois. Puisque les entreprises françaises accompagnent la Roumanie dans l’évolution de son économie vers un modèle à plus forte valeur ajoutée. Dans une économie mondialisée, la performance d’un pays dépend largement de sa compétitivité globale, c’est-à-dire de la qualité de son environnement économique et plus seulement de ses seuls coûts. La région de Timisoara réunit ces facteurs de compétitivité - infrastructures de transport et de communication, capital humain, créativité et innovation, mais également respect de l’environnement.

Je voudrais souligner ici un point essentiel : comme vous le savez, l’Accord de Paris, conclu en 2015 vise à contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C et fixe des objectifs ambitieux pour la réduction des gaz à effet de serre. La France, très attachée à la mise en œuvre effective de cet instrument, a accéléré l’application de cet Accord et dépassera ses objectifs initiaux. Pour la Roumanie, vous le savez, l’un des enjeux prioritaires réside dans l’amélioration de l’efficacité énergétique, principalement dans le bâtiment, mais également dans l’industrie et les transports. C’est pourquoi, avec le soutien des autorités locales et des entreprises françaises et roumaines, nous souhaitons coopérer autour des enjeux de la ville durable qui permettraient à Timisoara de devenir une Capitale européenne de la Culture répondant aux enjeux de la ville du XXI siècle.

Toutes ces coopérations, tous ces facteurs font de Timisoara l’une des villes les plus attractives de Roumanie pour la communauté française. Cette communauté tournée vers le monde des affaires, soudée et très active, est animée et soutenue avec beaucoup d’efficacité par notre consul honoraire, M. Cosmin Branzan, qui est notre relais auprès des autorités françaises comme roumaines. Je remercie M. Branzan et salue son action pour les Français.

Que chacun ici savoure cette Fête du 14 juillet et tous mes vœux à tous dans vos projets professionnels ou personnels. Monsieur le Maire, la parole vous revient.

Dernière modification : 24/07/2017

Haut de page