Cérémonie de célébration du Centenaire de l’Armistice qui a mis fin à la Grande Guerre

L’Ambassadrice de France, Madame Michèle Ramis, l’Ambassadeur d’Allemagne, Monsieur Cord Meier-Klodt, et l’Ambassadeur de Bulgarie, Monsieur Todor Churov, ont participé le 11 novembre, aux cimetières Bellu et Pro Patria, à une cérémonie commune de célébration du Centenaire de l’Armistice qui a mis fin à la Première guerre mondiale.

Cette cérémonie commune était organisée par les trois Ambassadeurs pour la quatrième année consécutive.

A cette cérémonie ont participé, également, parmi d’autres invités, Madame Ana Birchall, Vice première ministre, Monsieur Sergiu Nistor, conseiller présidentiel pour la Culture, Son altesse royale la princesse Maria, de nombreuses autorités civiles et militaires roumaines, de nombreux représentants du corps diplomatique, ainsi que de nombreux citoyens français, allemands et bulgares.

Ce fut l’occasion de rappeler le souvenir de la mission du général Berthelot, venue à l’aide de la Roumanie de 1916 à début 1918 mais aussi de l’armée du Danube, à la tête de laquelle le général Berthelot est entrée en Roumanie début novembre 1918.

Dans son discours prononcé à cette occasion, l’Ambassadrice de France a expliqué que la cérémonie de cette année, « symbole de la réconciliation », revêtait une signification particulière, déclarant « L’Europe a su construire un espace de paix, grâce à un projet politique fort, qui est venu renforcer le système de sécurité collective mis en place par les Nations unies puis par l’OTAN. Alors qu’aujourd’hui, l’Union européenne traverse une crise profonde et s‘interroge sur son avenir, alors que les menaces extérieures contre ses intérêts et ses valeurs ne faiblissent pas, ce centenaire doit être celui de l’espoir. A ce titre, le premier semestre 2019 sera capital, car les citoyens européens seront appelés à désigner leurs nouveaux représentants au Parlement européen et à dessiner par leur vote le futur de l’Europe. Et car la Roumanie, devenue en 1918 un pays ayant unifié différents territoires et communautés, assumera la présidence de l’Union européenne et pourra démontrer le rôle qu’elle souhaite jouer en Europe ».

Par ailleurs, Mme Michèle Ramis a tenu à souligner que « l’amitié franco-roumaine, forgée dans la souffrance en 1916-1918 », devait être mise « au service du projet européen et de notre appartenance commune à l’OTAN ».

A l’issue, au cours d’une réception à la Résidence de France, Madame Birchall a pu souligner le symbole de ce centenaire et de cette commémoration. Des lycéens français et allemands ont ensuite lu des témoignages sur la guerre et des messages de paix, qui circuleront ensuite au sein des écoles.

Dernière modification : 12/12/2018

Haut de page