Cérémonie de commémoration de l’armistice de la Première Guerre mondiale à Iaşi le 14 novembre 2018

L’adjudant-chef Stéphane Martinez, assistant de l’attaché de défense près l’ambassade de France, s’est déplacé à Iaşi, le mercredi 14 novembre 2018, à l’occasion de la commémoration du Centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale.

L’adjudant-chef Martinez et les personnalités roumaines présentes, parmi lesquels Marian Şerbescu, Préfet de Iași, Radu Botez premier adjoint du maire de la ville, et le colonel Remus Hadrian Bondor, commandant la garnison, ont célébré la mémoire des soldats tombés pendant le conflit mais aussi celle du général Henri Berthelot, commandant la mission militaire française en Roumanie de 1916 à 1919. A l’occasion du centenaire, ils ont également dévoilé deux nouvelles plaques remémorant l’action française à Iasi lors de ce conflit.

JPEG
L’adjudant-chef Stéphane Martinez et le colonel Remus Hadrian Bondor

La journée débuta par un dépôt de gerbes du représentant français et des autorités roumaines au carré militaire français de la ville où reposent les soldats français tombés lors de la Grande Guerre.

PNG
Hommage au caveau militaire français de Iaşi au cimetière civil « Eternitatea »

La délégation rejoignit ensuite la stèle du Général Berthelot située près du théâtre national « Vasile Alecsandri », pour honorer la mémoire du chef de la mission française déployée en Roumanie en 1916. Après les discours des autorités roumaines et de l’adjudant-chef Martinez, la stèle du général français fût fleurie. Entre 1916 et 1918, environ 2000 hommes appartenant à la mission Berthelot ont été dépêchés afin d’aider la Roumanie tout juste entrée en guerre. Elle permit non seulement de former militairement les troupes roumaines, mais aussi d’apporter une aide médicale précieuse, aussi bien pour les forces militaires que pour les populations civiles.

JPEG
Discours de l’adjudant-chef Martinez

Enfin, deux plaques commémoratives ont été inaugurées sur les murs de deux bâtiments de la ville qui ont joué un rôle important pendant la Première Guerre mondiale. Le bâtiment Casa Bals, fut un hôpital français entre 1917 et 1918, dirigé par Jeanne Blondel, épouse de l’ancien ambassadeur de France ; c’est dans ce bâtiment que le Docteur Nemours-Auguste a testé son médicament Ambria, qui s’est révélé être miraculeux contre les brûlures. L’autre bâtiment, Casa Ghika-Kefal, ancien siège du conservatoire de musique, a hébergé de 1916 à 1918 la légation de France en exil, dirigée par le comte Charles de Saint-Aulaire.

JPEG
Dévoilement de la plaque située Casa Ghika-Kefal

Dernière modification : 20/11/2018

Haut de page