Conférence « Agir contre la maltraitance infantile, dans le cadre de la famille, l’affaire de tous »

Madame Michèle Ramis, Ambassadrice de France en Roumanie, a participé le 20 novembre 2018 à la Conférence « Agir contre la maltraitance infantile, dans le cadre de la famille, l’affaire de tous » organisée à l’occasion de la Journée Internationale des droits de l’enfant.

A cette occasion, l’ambassadrice de France a souligné que la violence intrafamiliale n’est pas qu’un sujet socio-médical, c’est aussi une question politique : « La violence domestique est la mère de toutes les violences. Quand le foyer, qui devrait être le lieu le lieu plus sûr du monde, est une zone de danger et un milieu où règne la terreur, le supplice des victimes a nécessairement un impact social ».

Poursuivant un objectif de sensibilisation et de partage de bonnes pratiques avec des professionnels et le grand public, l’évènement a proposé aux participants d’aborder ce thème sensible sous deux angles : repérage et signalement de la maltraitance infantile et adaptation de la prise en charge de l’enfant victime.

Deux médecins français, Madame Céline Raphaël et Monsieur Daniel Rousseau, sont intervenus lors de cette conférence.

Céline Raphaël est survivante de maltraitances et auteure du livre « La Démesure. Soumise à la violence d’un père » qui sera traduit en roumain courant 2019, avec le soutien de l’Institut français de Roumanie. Médecin au service des soins palliatifs de l’hôpital Necker à Paris, Mme Raphaël est membre du Conseil national pour la protection de l’enfance (France) et a créé un groupe de travail « santé de l’enfant en protection de l’enfance ».

Daniel Rousseau est pédopsychiatre et spécialiste en matière de protection de l’enfance. Travaillant dans une pouponnière de l’Aide Sociale à l’enfance d’Angers, il est l’auteur de « Les grandes personnes sont vraiment stupides » (2012) et du « Pouvoir des bébés » (2016), sur la capacité des bébés à s’attacher à d’autres adultes dans les cas où les parents ne leur procurent pas ce dont ils ont besoin.

A l’occasion de cette conférence, ont pris également la parole : Monsieur Ioan Gânfălean, Avocat de l’Enfant, Madame Adina Codreş, conseillère à l’Autorité nationale pour la protection de l’enfance et l’adoption, Madame Laura Andrei, juge à la Cour d’Appel de Bucarest, ainsi que Madame Raluca Zaharia, chargée de communication pour le changement social de l’UNICEF.

Les conclusions tirées de la conférence ont ainsi été les suivantes :

- La maltraitance concerne tous les milieux et pas uniquement les milieux défavorisés (c’est l’un des messages du livre de Céline Raphael) ;
- La formation des professionnels représente un enjeu central pour repérer les enfants en danger et les prendre en charge ;
- La coopération interinstitutionnelle représente un moyen efficace de réduire les délais d’intervention, et donc limiter les traumatismes découlant des violences ;
- Développer le soutien à la parentalité permet de prévenir des situations génératrices de violences.

Dernière modification : 23/11/2018

Haut de page