Discours de l’Ambassadeur de France à l’occasion de la remise des insignes de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite à Mme Medeea Marinescu (20 octobre 2016)

Seul le prononcé fait foi

Madame MARINESCU,
Madame la Ministre,
Mesdames et Messieurs,
Chers invités,
Madame MARINESCU, c’est avec un réel plaisir que je m’apprête à vous décorer, au nom du Président de la République, de l’Ordre National du Mérite, en présence de vos proches, de vos amis et de représentants du monde des arts et de la culture.
En vous octroyant cette distinction c’est à la fois la grande actrice, symbole de la proximité entre nos deux pays, mais aussi l’artiste qui s’est engagée avec cœur et détermination pour la cause de la lutte contre le dérèglement climatique, que la France distingue.
Permettez-moi tout d’abord d’évoquer en quelques mots votre parcours, qui force l’admiration. Il a commencé très tôt ! Vous avez en effet débuté à l’écran à l’âge de trois ans, dans le film « L’hiver du caneton » du célèbre réalisateur Mircea Moldovan.
Sans exagérer, on peut dire que les plateaux de tournage vous ont vu grandir : à l’âge de six ans, vous jouez un des rôles principaux dans le film culte pour les enfants roumains « Maria, Mirabela » de Ion Popescu-Gopo, réalisateur primé par la Palme d’or à Cannes en 1959. Vous devenez la jeune actrice fétiche de la réalisatrice Elisabeta Bostan dans les films « Les Saltimbanques » en 1981 et « Promesses » en 1985, pour lequel vous obtenez - à onze ans ! – le prix de la meilleure actrice de l’Association du Cinema Roumain et le prix pour la musique du film que vous avez composée vous-même.
Ces premiers succès sont consolidés par une solide formation : musicale d’une part, dans un lycée de musique de Bucarest puis dans une école de jazz, et surtout théâtrale, dans la prestigieuse Académie de Théâtre et de Films de Bucarest. Vous poursuivez ensuite votre prometteuse carrière au cinéma et au théâtre : tout en apparaissant dans plus d’une vingtaine de films au cinéma, vous brillez sur les scènes des théâtres de Bucarest, Londres, Bruxelles, Paris.
Pour l’ensemble de votre jeune mais riche carrière, vous recevez en 2004 la décoration « L’Etoile Roumaine » - la plus haute distinction de la Roumanie - pour vos mérites dans le domaine culturel.
Parallèlement, vous entamez une fructueuse collaboration avec la France avec vos rôles dans les téléfilms « Une mère comme on n’en fait plus » de Jacques Renard, en 1997, et « Le record » d’Edwin Baily en 1999.
Votre talent se révèle au grand public francophone surtout en 2005 avec le film « Je vous trouve très beau » d’Isabelle Mergault dans lequel vous donnez la réplique à Michel Blanc . Vous y incarnez, avec finesse et une grande sensibilité, une jeune mère roumaine venue dans la campagne française via une agence matrimoniale.
Ce film, plébiscité par le public français et roumain, a été récompensé par le César du meilleur premier film en 2007. Vous-même avez été nominée pour le César du meilleur espoir féminin pour votre rôle dans ce film. Isabelle Mergault a de nouveau fait appel à vous pour son film « Donnant-donnant » en 2010, dans lequel vous jouez aux côtés de Sabine Azéma et Daniel Auteuil.
Votre carrière d’actrice se poursuit jusqu’à aujourd’hui avec bonheur au théâtre. Au Théâtre National de Bucarest, vous avez triomphé dans la pièce « Etrangers dans la nuit » d’Eric Assous, et vous vous êtes également illustrée sur plusieurs grandes scènes européennes – à Londres, Bruxelles, Dublin ou bien sûr Paris.
Mme Marinescu, votre mérite ne se limite pas à votre talent d’actrice, aussi remarquable soit-il. Vous êtes aussi une personnalité engagée, au meilleur sens de cette expression, et vous avez permis à cette ambassade de profiter de votre engagement et de votre générosité.
En effet, vous avez accepté en 2015 la proposition de l’ambassade de devenir l’Ambassadrice de la Conférence Paris Climat 2015 en Roumanie. Vous n’avez ménagé ni votre temps ni vos efforts pour cette cause importante, pour laquelle vous savez que la France s’est engagée depuis longtemps, et avec détermination. Votre rôle a été essentiel pour la promotion des événements et des débats autour de la COP21 organisés tout au long de l’année 2015 en Roumanie, et je tiens ici à vous en remercier très chaleureusement au nom de notre pays.

Madame MARINESCU, c’est avec un très grand plaisir et une sincère reconnaissance « qu’au nom du Président de la République, je vous remets les insignes de chevalier de l’Ordre National du Mérite ».

Dernière modification : 09/11/2016

Haut de page