Discours de l’Ambassadrice de France à l’occasion de la remise des insignes de Chevalier de la Légion d’honneur à M. Flavius BAIAS (4 octobre 2017)

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Doyen, Mesdames et Messieurs, Chers invités,

Je m’apprête à décorer ce soir de la Légion d’Honneur, au nom du Président de la République, une personnalité éminente du monde universitaire et un acteur majeur de la relation privilégiée qui lie la Roumanie et la France. Et je le fais avec un grand plaisir, tant ses titres pour recevoir cette distinction sont mérités.

M. Baias, vous êtes originaire de Brasov, au cœur de la Roumanie. Vous entamez des études de droit en 1981 à Bucarest, où vous obtenez votre licence en droit en 1985.

Après avoir obtenu le titre d’avocat en 1987, vous placez votre carrière sous le signe de l’amitié avec la France, en choisissant notre pays pour y parfaire votre formation : à Strasbourg d’abord où vous suivez la session d’été de la Faculté internationale de cette ville en 1990, puis à Paris où vous effectuez un stage pratique dans un prestigieux cabinet à l’automne 1992. A votre retour en Roumanie, vous devenez très vite un membre éminent du barreau de Bucarest.

En 1997, vos qualités sont remarquées et vous êtes appelé à occuper le poste de Directeur général au ministère de la Justice, et rapidement vous êtes nommé secrétaire d’Etat de ce même ministère, en 1998.

Pendant deux années, vous travaillez avec détermination aux réformes essentielles dont la Roumanie a besoin dans le domaine du droit civil. Après avoir quitté vos fonctions en 2000, vous restez un conseiller écouté du gouvernement pour les projets législatifs importants : je citerai comme exemple le Nouveau Code de Procédure Civile, à la rédaction duquel vous avez grandement contribué.

Parallèlement à ces services éminents rendus à votre pays, vous menez une carrière universitaire brillante. Nommé assistant en 1991, vous devenez maître de conférence en droit civil, puis vice-doyen en 1996. En matière de droit civil, vous faites autorité. Votre production en témoigne : vous avez publié plusieurs dizaines d’articles, couvrant des domaines allant du droit de la famille ou droit de la propriété. Vous avez contribué à la rédaction de nombreux ouvrages, sans parler de vos nombreuses communications en colloque.

Directeur de la revue scientifique de la faculté de droit en 2002, puis chef de la chaire de droit privé en 2006, c’est très logiquement que vous êtes élu doyen de la faculté de droit en 2008.

Dès le début de votre mandat, les échanges avec la France sont placés en tête de vos priorités. C’est ainsi que vous avez appuyé de manière inconditionnelle, et je dois dire décisive, les activités du Collège Juridique Franco-Roumain d’Etudes Européennes où vous-même avez enseigné, en français, dès 1996.

M. le Doyen, vous avez fait de la Faculté de droit un lieu ouvert et dynamique, vous lui avez donné une importance nouvelle dans le paysage universitaire roumain. En 2008, signe de l’importance que vous accordez à la coopération entre la France et la Roumanie, vous devenez le Président-fondateur de l’Association franco–roumaine des juristes, toujours active aujourd’hui. En 2011, vous avez été reçu chevalier dans l’Ordre des palmes académiques, juste récompense de votre implication dans les échanges universitaires entre nos deux pays.

Tout au long de votre carrière, vous avez contribué de manière exceptionnelle à perpétuer et à enrichir la relation franco-roumaine. Outre votre rôle dans l’association franco-roumaine des juristes, vous avez toujours apporté un soutien constant et déterminant au Collège juridique franco-roumain d’études européennes, ainsi qu’au cercle roumain de l’Association Henri Capitant des amis de la culture juridique française.

En 2013, vous avez organisé la plus importante manifestation scientifique francophone ayant jamais eu lieu en Roumanie dans le domaine du droit, avec 83 intervenants prestigieux venus de nombreux pays, dont 20 Français. En novembre 2015, ce sont 73 intervenants venus de 5 pays, dont 40 Français, qui se réunissent à l’occasion du 20ème anniversaire du Collège juridique franco-roumain d’études européennes.

M. Baias, votre personnalité ouverte et chaleureuse est unanimement appréciée. Vous êtes depuis de nombreuses années un interlocuteur privilégié de l’ambassade de France, un relais essentiel de notre coopération universitaire et un promoteur de la francophonie, dont vous êtes un ardent défenseur. La relation franco-roumaine vous doit beaucoup, et il était légitime que la France vous témoigne sa reconnaissance.

M. le Doyen, cher Flavius BAIAS, « au nom du Président de la République, je vous remets les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur. »

Dernière modification : 09/10/2017

Haut de page