Pif en Roumanie, un héros de l’âge d’or (du 20 juin au 22 juillet 2012)

Histoire, symbole et influence d’un magazine français - culte sous l’époque Ceausescu

Objet d’une intense nostalgie en France, le magazine Pif et ses héros, Pif et Hercule, Placide et Muzo, Rahan, Corto Maltèse et bien d’autres, sont devenus « culte » en Roumanie.

Eclair de couleur et de fantaisie dans une société qui se repliait sur elle-même, Pif est l’emblème importé et sympathique des années noires.

L’hebdomadaire constitue un lieu de mémoire unique de la relation entre la France et la Roumanie. Sorte de « samizdat » paradoxal puisque très peu de lecteurs savaient qu’il était en fait publié sous l’égide des éditions du Parti Communiste Français, Pif et son gadget ont fini par incarné tout ce que la France pouvait offrir : l’originalité graphique, l’humour, la liberté.

Pif a été ainsi un vecteur important de la langue et de la culture française et le support d’un rêve français en Roumanie. Chaque Roumain, pour peu qu’il ait plus de 30 ans, à l’évocation du nom Pif, vient avec une anecdote.

L’exposition, ouverte du 20 juin au 22 juillet à la Salle Dalles de Bucarest, se propose de retracer les liens tissés pendant les années ’70 - ’80 entre la jeunesse roumaine et son journal préféré.

— -

Le vernissage de l’exposition : Pif en Roumanie, un héros de l’Age d’or, a eu lieu mercredi, le 20 juin à la salle Dalles (18, Bd. Nicolae Bălcescu, secteur 1) en présence de :

M. Philippe Gustin, Ambassadeur de France en Roumanie
M. Mihai Oroveanu, Directeur général du MNAC
M. Stanislas Pierret, Directeur de l’Institut Français de Roumanie
M. Jean-Pierre Dirick, commissaire de l’exposition
M. Ștefan Constantinescu, commissaire de l’exposition

et des commissaires associés : Xandra Popescu et studioBASAR

Avec la participation de :

M. Jacques Kamb, artiste dessinateur pour la revue Pif
M. Mircea Arapu, artiste dessinateur pour la revue Pif
ainsi que les artistes roumains présents à Bucarest :
Dan Perjovschi, Daniela Bălăneanu, Ion Grigorescu, Larisa Crunțeanu, Mihai Stănescu.

Dernière modification : 27/06/2012

Haut de page