Réception à la Résidence à l’occasion du Festival Enescu [ro]

Dans le cadre du soutien de l’Ambassade de France au Festival « George Enescu », le musicologue Nicolas Deshoulières a donné une conférence, ce lundi 11 septembre, sur le thème « George Enescu et la France » , à la Résidence de France.

Conférence de M. Nicolas Deshoulières - JPEG

Cette présentation, illustrée de pièces musicales, a montré les liens entre le musicien George Enescu et la France, véritable seconde patrie où il eut l’opportunité d’exercer son intense activité créatrice. A la fois violoniste virtuose, pianiste talentueux, chef d’orchestre renommé et compositeur reconnu, George Enescu (1881-1955) a partagé sa vie de musicien entre la France et la Roumanie où il s’est produit en tant que soliste et a fait entendre ses compositions à l’Athénée de Bucarest.

M. Nicolas Deshoulières - JPEG

Le violoncelliste de renom, Gautier CAPUҪON, qui avait donné le jour-même à l’Athénée un concert avec Frank Braley et interprété des œuvres d’Enescu, Debussy et Beethoven et Massenet, a honoré cette soirée de sa présence.

{De gauche à droite : Gautier CAPUҪON, Mme Michèle Ramis, Ambassadrice de France en Roumanie et M. Nicolas Deshoulières} - JPEG
JPEG

Diana MOS, recteur de l’Université de Musique de Bucarest, Liliana Turoiu, présidente de l’Institut culturel roumain, des musiciens dont les jeunes prodiges Cornelius Zirbo (violoncelle) et Maria Petrache (piano), des journalistes ainsi que des critiques musicaux ont été parmi les invités présents à cette introduction musicale, organisée par Mme Michèle Ramis, Ambassadrice de France en Roumanie.

JPEG

JPEG

Nicolas Deshoulières – Repères biographiques
Musicologue spécialisé dans l’art lyrique romantique, le wagnérisme et la modernité au tournant du XXe siècle, Nicolas Deshoulières est chercheur associé à l’Université de Paris IV Sorbonne ainsi qu’au département de musicologie du Centre National de Recherche Scientifique (CNRS).
Il est aussi directeur des études au Conservatoire du IXe arrondissement de Paris.
Il présente des émissions de radio qui œuvrent à la valorisation du patrimoine musical méconnu de la IIIe République française, notamment la musique romantique. Il donne des conférences musicales en France et à l’étranger.

Dernière modification : 09/10/2017

Haut de page