Revue des médias roumains des 19 – 21 novembre 2016

- Le Gouvernement roumain offre une assistance aux autorités locales pour accéder aux financements européens.
- Réactions en Roumanie : primaire ouverte de la droite et du centre en France.
- Livre de Clotilde Armand : « J’ai choisi la Roumanie. Mon histoire ».

Fonds européens : le Gouvernement aide les autorités locales. Les difficultés d’absorption des fonds européens en Roumanie ne sont pas liées au financement des projets, mais à la capacité des autorités départementales et territoriales d’utiliser les fonds alloués, a souligné le Premier ministre Dacian Cioloș le 19 novembre dernier, lors d’une visite à Iași (Est de la Roumanie) où il a présenté un mécanisme gouvernemental d’assistance technique aux communautés les moins développées. Le chef du Gouvernement a rappelé notamment que la Roumanie n’avait absorbé que 80% des 14 milliards d’euros alloués dans le cadre financier 2007-2013, en attirant l’attention sur l’importance de l’utilisation des fonds pour des « projets cohérents et biens préparés », afin d’éviter le risque de sanctions et d’annulations des financements après la finalisation des projets. Dacian Cioloș a également appelé les autorités locales à inscrire les projets dans des plans de développement pluriannuels.

Le Gouvernement roumain a ainsi créé l’Unité gouvernementale d’assistance technique (UGAT), placée auprès de la Chancellerie du Premier ministre, qui va notamment soutenir trois zones pilotes : les départements de Iași-Vaslui à l’Est, ainsi que la zone minière de Valea Jiului et la région de Roșia Montană (montagnes Apuseni) à l’Ouest, pour le développement des projets au financement européen et national. La région de l’Est visitée par le Premier ministre fera l’objet des actions du Gouvernement dans le domaine de réduction de la pauvreté via des projets stratégiques d’infrastructures et de services sociaux (România TV, Agerpres).

Par ailleurs, le ministère des Fonds européens (MFE) a présenté la semaine dernière le bilan de son activité sous le mandat de Dacian Cioloș, soulignant notamment le lancement de 41 appels à projets (13 milliards d’euros). Ainsi, le nombre total d’appels pour le cadre financier 2014-2020 s’est élevé en Roumanie à 51. Pour ce qui est des conditions ex ante assumées par la Roumanie au titre de son accord de partenariat avec la Commission européenne, 10 ont été remplies, 11 sont en attente de validation, le reste étant en préparation (HotNews.ro).

Election législatives : qui sera le futur Premier ministre ? Les médias soulignent un faible intérêt des Roumains pour les élections législatives du 11 décembre et une « méfiance ambiante » quant aux promesses électorales des partis politiques. Le principal point d’intérêt de la campagne demeure l’identité du prochain Premier ministre.

Les analystes notent une divergence qui apparaît à cet égard entre le Parti social-démocrate (PSD) et l’Alliance des libéraux et des démocrates (ALDE), qui avaient jusque-là manifesté leur volonté à former une coalition gouvernementale à l’issue du scrutin. Cependant, ALDE a annoncé qu’il proposerait la candidature du président du Sénat, Călin Popescu-Tăriceanu, qui a déjà occupé le poste de chef du Gouvernement de 2004 à 2008, alors qu’il était président du Parti national libéral (PNL), au poste de Premier ministre (Agerpres). Le PSD, classé en tête dans tous les sondages, reste le seul parti qui n’a pas annoncé son choix de Premier ministre, malgré de nombreux sociaux-démocrates favorables à Liviu Dragnea, président du parti. En réaction à l’annonce de l’ALDE, Gabriela Firea, vice-présidente du PSD, a réaffirmé l’engagement des sociaux-démocrates de former une coalition avec l’ALDE, précisant néanmoins que le Premier ministre issu de cette alliance devrait être membre PSD, ce qui représenterait « une garantie du respect fidèle de tout ce que nous avons proposé dans notre programme gouvernemental » (România TV).

Le Parti national libéral (PNL) et l’Union Sauvez la Roumanie (USR) soutiennent toujours la reconduite de l’actuel Premier ministre. La présidente du PNL Alina Gorghiu a par ailleurs de nouveau appelé Dacian Ciolos à devenir membre du PNL après le scrutin législatif. Quant au parti Mouvement populaire (PMP), l’ancien Président Traian Băsescu reste son candidat officiel au poste de Premier ministre.

Le Président de la Roumanie, en visite aux Pays-Bas, s’est félicité vendredi du fait que la Roumanie ne comptait pas de parti extrémiste au Parlement, exprimant son espoir que cette situation soit conservée après le scrutin de décembre (Agerpres).

România TV propose une analyse de l’évolution de la participation des Roumains aux élections législatives, indiquant une baisse constante de l’intérêt pour ce type d’élections. Alors que 86,19% des Roumains ont participé aux législatives de 1990, une participation de 41,76% a été observée aux législatives de 2012.

Primaire ouverte de la droite et du centre en France. Les médias roumains ont suivi avec intérêt le premier tour de la primaire présidentielle à droite en France, remporté hier par François Fillon. HotNews.ro souligne que François Fillon est partisan de la levée des sanctions à l’encontre de la Russie et d’un rapprochement avec Moscou et de la création d’un directoire politique de la zone euro, composé des chefs de gouvernement, ce qui « conduirait à l’apparition d’une Europe à deux vitesses ». Plusieurs médias roumains se font l’écho du sondage Ipsos selon lequel « seul Alain Juppé serait droite apte à droite de remporter un éventuel deuxième tour de l’élection présidentielle face à la candidate du Front national, Marine Le Pen » (Digi24, DC News). Certains analystes font le parallèle avec le Brexit et la victoire de Donald Trump et évoquent une possible victoire du Front national en France en 2017 : « Brexit ressuscité » (PSNews.ro), « L’extrême droite pourrait gagner l’élection en France. Marine le Pen veut un Frexit et un trio avec Trump et Poutine » (PRO TV), « Les nations européennes reprennent le contrôle de leurs pays. C’est le tour de la France : Marine le Pen est en tête de tous les sondages, alors que les dirigeants de la gauche n’arrivent pas au deuxième tour » (Active News). RFI Roumanie compare les programmes de François Fillon et d’Alain Juppé, tous les deux anciens Premiers ministres, qui s’affronteront dimanche prochain dans le cadre du deuxième tour de la course à la nomination du candidat de la droite à la présidentielle.

La France en Roumanie et la Roumanie en France

- Clotilde Armand, vice-présidente de l’Union Sauvez la Roumanie (USR), de nationalité française et roumaine, a lancé le 19 novembre son livre « J’ai choisi la Roumanie. Mon histoire » au salon Gaudeamus de Bucarest (HotNews.ro).

- Le dramaturge franco-roumain Mateï Visniec, lauréat du prix Jean Monnet de la littérature pour son ouvrage « Le marchand de premières phrases » (RFI Roumanie)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias roumains. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Roumanie.

Dernière modification : 21/11/2016

Haut de page