"Un nouveau traité franco-allemand au service de l’Europe" : Tribune sur le Traité d’Aix-la-Chapelle [ro]

Lire ci-dessous la traduction de la tribune sur le Traité d’Aix-la-Chapelle par Michèle Ramis, Ambassadrice de France et Cord Meier-Klodt, Ambassadeur d’Allemagne, publiée le 22 janvier 2019 dans le quotidien Adevarul.

Un nouveau traité franco-allemand au service de l’Europe

La France et l’Allemagne célèbrent aujourd’hui le 56ème anniversaire du Traité de l’Elysée signé par le Général de Gaulle et le Chancelier Adenauer, qui a scellé la réconciliation et l’amitié franco-allemande après trois guerres entre deux « ennemis héréditaires » et des millions de victimes. Mais aujourd’hui, cet anniversaire marque une nouvelle étape de la relation franco-allemande puisqu’un nouveau traité, permettant d’adapter notre coopération aux défis du 21ème siècle et la plaçant sous le signe du renforcement du projet européen, vient souder plus encore Berlin et Paris.
En effet aujourd’hui, le Président de la République française et la Chancelière allemande ont signé à Aix-la-Chapelle le traité sur la coopération et l’intégration franco-allemandes en présence des Présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, ainsi que du Président Klaus Iohannis, présent au titre de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne.
Ce nouveau traité, qui complète le Traité de l’Elysée, vise à permettre aux deux Etats de relever ensemble les défis de la mondialisation dans un contexte international instable et face au retour des nationalismes en Europe. Il est un outil au service d’un couple franco-allemand engagé et coordonné dans le domaine des Affaires européennes, de la sécurité, des questions économiques et du développement, de la culture et de l’éducation, de la coopération régionale et transfrontalière et, également, du changement climatique.
Le Traité de l’Elysée était celui de la réconciliation, le Traité d’Aix-la-Chapelle est celui de la convergence, dans une perspective d’intégration européenne. Ce nouveau traité pose les bases d’une coopération concrète, mise au service d’un plus grand rapprochement entre nos pays, nos sociétés et nos citoyens, à l’instar de la clause de défense mutuelle franco-allemande, des actions de coopération transfrontalière ou encore de la création d’un conseil franco-allemand d’experts économiques.
Par l’intermédiaire de ce nouvel outil, nos deux pays soulignent leur engagement à l’égard de la suprématie de l’Etat de droit et du multilatéralisme, leur responsabilité commune dans la construction d’une Europe souveraine, unie et démocratique et leur engagement en faveur d’un commerce international ouvert, basé sur des règles et sur le principe de la réciprocité.

Par le Traité d’Aix-la-Chapelle nous portons donc notre regard vers l’avenir. Nous nous positionnons ensemble, pour agir au bénéfice d’une Europe forte, opérationnelle, en faveur d’un monde pacifique et d’un ordre multilatéral, fondé sur des règles. Dans cette période, au cours de laquelle, dans plusieurs pays, les populistes nourrissent les égoïsmes nationaux, nous soutenons sans équivoque : une coopération plus étroite ne portant pas atteinte à la souveraineté, mais qui nous offre la possibilité de l’exercer efficacement, dans le contexte des défis actuels. La réconciliation franco-allemande a constitué un repère important dans la voie vers une Europe unie. Par le Traité d’Aix-la-Chapelle, l’Allemagne et la France n’expriment pas seulement leur attachement à l’égard de ce modèle de succès de l’unité européenne – mais posent également les bases pour que les futures générations puissent continuer avec succès dans cette direction européenne.
Ensemble, France et Allemagne construisent la solidarité chère aux pères fondateurs de l’Europe et valeur au cœur du projet européen. Cette coopération n’est pas exclusive, elle a vocation à s’ouvrir à tous les Etats membres de l’Union européenne.
Vive l’amitié franco-allemande ! Vive l’Union européenne !

Dernière modification : 02/09/2019

Haut de page